Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Dont TVA
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Commander


Bassins de baignade


Construction de bassin


Eau du bassin


Apprenez-en plus sur les kois


Techniques de filtration de bassin


Nouveautés

Toutes les nouveautés

La claque de Kyoto - Vendredi 26 novembre 2010

Les taxis au Japon

Notre programme est serré et nous décidons de partir en taxi pour la visite du palais impérial de Ninomaru à Kyoto. Comme nous sommes six, nous devons faire appel au service de deux taxis. Et des taxis japonais, ça vaut le coup d'en prendre un ! Certes, les véhicules en eux-mêmes sont de vieux modèles de voiture, mais ils sont d'une propreté et d'un lustre incroyable. Les chauffeurs quant à eux, se distinguent par leur politesse et conduisent avec des gants blancs. Signalons enfin que le prix est très raisonnable, ce qui est plutôt incitatif.

La prise du taxi   Le plan du paleil de Ninomaru

Le palais impérial de Ninomaru

Le palais impérial de Ninomaru est une résidence d'un Shogun : responsable impérial d'une région du Japon. Il est construit sur un modèle très classique ; une grande muraille extérieure, un jardin et de l'eau, une deuxième muraille à l'intérieur de laquelle on trouve le palais et son jardin. 

La muraille extérieur   Végétation du mur extérieur de Ninomaru

Le bassin autour de Ninomaru   La végétation autour du bassin

Le jardin de Ninomaru   Vue sur le bassin extérieur

Jardin zen dans le Ninomaru   Un bassin dans le palais de Ninomaru

Les feuilles de ginko   Le palais de Ninomaru

Le bassin intérieur   Le bassin de Ninomaru

Ici aussi il nous sera interdit de photographier à l'intérieur des bâtiments. C'est dommage, car une fois qu'on y pénètre, on découvre de grandes pièces avec de magnifiques dessins de scènes de paysage japonais sur les murs. On peut aussi visiter une reconstitution des différentes pièces à vivre du palais, y compris la salle du conseil où siègent des mannequins représentants le Shogun et sa suite. Pour un peu, on pourrait s'y croire, l'ensemble est vraiment bluffant. Il est midi et nous prenons rapidement un taxi pour notre prochaine station.

Le Rokuon-Ji Temple

Le Rokuon-Ji Temple, appelé aussi Palais d'or (parce qu’il est couvert de feuilles d'or) est une référence des temples japonais. C'est un peu l’équivalent de Notre-Dame à Paris. La preuve, il y a énormément de monde. Avant que d'entreprendre une aussi belle visite, nous nous attablons sous les érables « en fleurs » pour déguster une petite soupe japonaise.

Le Rokuon-Ji Temple   Le plan du Rokuon-Ji Temple

La soupe sous les érables   La forêt d’érables

Le temple de Rokuon-Ji   Un coté du temple de Rokuon-Ji

Le jardin de Rokuon-Ji   Le haut du jardin de Rokuon-Ji

La visite se fait malheureusement à mon goût, un peu au pas de course. Le temple est magnifique et ses jardins somptueux, comme vous pouvez le constater ci-dessus. Comme il nous reste assez de temps, nous décidons de sauter dans deux taxis pour nous conduire vers un autre point touristique de la ville de Kyoto, le temple Kiyomizu. Le voyage sera assez épique, car la circulation au Japon n'a rien à envier à celle de Paris. Heureusement, nos chauffeurs aux gants blancs nous acheminent à bon port.

La visite du temple de Kiyomizu

Ce temple est construit à flanc de montagne dans un écrin d'arbres, il domine la ville de Kyoto et est accessible par des petites ruelles pleines de shops en tout genre.

Les ruelles du temple de Kiyomizu   L’entrée du Kiyomizu Temple

Japonaise en costume traditionnel   Une allée du Kiyomizu Temple

Vue du haut du Kiyomizu Temple   Un érable au Kiyomizu Temple

Erable au Kiyomizu Temple   Vue du bas du Kiyomizu Temple

Le timing est parfait : la nuit tombe et nous allons rentrer tranquillement à pied à l'hôtel en profitant des boutiques en tout genre. Admirer au passage une photographie rare : le soleil couchant au pays du Soleil Levant !

Le crépuscule sur Kyoto   Les ruelles de Kyoto

La foule dans Kyoto   La gare de Kyoto la nuit

Voilà, fin de notre périple touristique. Demain, on retourne aux affaires et à nos chers Kois avec une visite à Isawa chez l'éleveur Toshio Sakai.